Réflexions sur le Sacrement de Confirmation  

Réflexions sur le Sacrement de Confirmation

 

« Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux là sont fils de Dieu.

L’Esprit que vous avez reçu ne fait pas de vous des esclaves, des gens qui ont peur.

C’est un Esprit qui fait de vous des fils.

Poussés par cet Esprit, nous crions vers le Père en l’appelant « Abba ».

C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui affirme à notre esprit que nous sommes ses enfants ».

 

                                               St Paul aux Romains (VIII, 14-16)

 

 

 

 

 

Chers amis,

 

Notre joie est d’être appelés fils et filles de Dieu notre Père. C’est aussi notre vrai bonheur et notre vocation.

La Parole de Dieu qui a retenti au moment du baptême par Jean le Baptiste :

« Tu es mon enfant bien-aimé, en toi j’ai mis tout mon amour » s’adresse aussi à chacun et à chacune d’entre nous. Nous sommes aimés du Père d’une manière unique et personnelle. Notre nom est gravé sur son cœur de Père.

En sommes-nous vraiment conscients ? Au jour de notre baptême, nous avons reçu la Vie de Dieu. En versant l’eau baptismale, le prêtre a prononcé ces paroles : « je te baptise, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit ».

Cette vie fait de nous les enfants d’un unique Père.

Elle fait de chacun, des frères et des sœurs du Fils, le Ressuscité. Et  par cette Vie dans et avec l’Eglise, nous devenons frères et sœurs les uns des autres dans l’unique baptême.

Cette vie trinitaire se déploie en nous à chaque instant. En sommes-nous vraiment conscients ? Cette vie a pour nourriture l’Eucharistie, où Jésus se donne comme « le Pain de Vie » pour que nous vivions comme lui.

Notre fidélité à sa Parole est guidée par l’Esprit Saint.

Cet Esprit fait de nous des disciples du Christ là où nous vivons.

Oui, chers amis, pour être appelés pleinement fils et filles de Dieu les sacrements de l’initiation chrétienne sont plus que nécessaires :ils sont vitaux.

 

 

Ces sacrements sont :

*Le baptême

*La confirmation

*L’Eucharistie

 

Hélas, trop de baptisés, aujourd’hui, pour différentes raisons ne sont pas confirmés. Ce sacrement est vital pour notre vie chrétienne et pour la croissance de l’Eglise, Peuple de Dieu, Corps du Christ ressuscité, cette Eglise à laquelle nous appartenons depuis notre baptême.

Nous savons que recevoir le baptême, c’est naître à nouveau, naître d’en haut (jean III, 3) .C’est accéder au royaume de Dieu (Jean III, 5). C’est être enfants du Père , membres du Corps du Christ qui est l’Eglise.

Mais la confirmation qu’en savons-nous ?

 

*******************

 

Cette lettre a pour but de nous faire découvrir quelques points de ce sacrement. Elle peut nous aider à réfléchir sur la façon dont nous vivons la confirmation.

Elle est aussi un appel pour ceux et celles qui ne sont pas confirmés et qui pourraient exprimer le désir de recevoir ce sacrement.

Je souhaite qu’une catéchèse pour tout âge mais en particulier dans les rencontres de préparation au mariage, auprès des jeunes qui font leur profession de foi, nous parlions avec plus de conviction du sacrement de confirmation. Il en est de même des enfants et des jeunes qui préparent leur première communion.

De fait, il n’y a pas d’âge pour recevoir un sacrement de l’initiation chrétienne.

 

*******************

 

L’évêque au jour de la confirmation dit à l’adulte et au jeune :

« Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu ».

La confirmation est un don.

La célébration, elle-même, l’exprime par imposition des mains et par l’onction du Saint Chrême sur le front.

C’est Dieu lui-même qui est à l’initiative de ce don. L’évêque au nom du Seigneur appelle et celui qui est appelé répond : « Me Voici ».

 

 

 

Tous, jeunes et adultes, nous sommes appelés par le Père à répondre à ce don par un « oui » libre pour prendre part à la mission de l’Eglise à laquelle nous appartenons depuis notre baptême.

 

**********

Nous sommes une Eglise qui respire et son haleine de vie n’est autre que le souffle de Dieu, l’Esprit Saint, l’Esprit de Pâques et de Pentecôte.

Pâques et Pentecôte sont comme un seul temps où Dieu fait don aux hommes de sa Vie et de son Esprit.

Je vous invite à lire ou mieux à méditer ces deux textes que nous donnent Saint Jean et Saint Luc.

 

Jean XX, 19-22

 

Le soir de ce même jour, le premier de la semaine, toutes portes étant closes par crainte des Juifs, là où se trouvaient les disciples, Jésus vint et se tint au milieu d’eux ; il leur dit :

« paix soit à vous ».

Ce disant, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur.

Il leur dit encore une fois :

« Paix soit à vous !

Comme  le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ».

Cela dit, il souffla sur eux et leur dit :

« recevez l’Esprit Saint… »

 

 

Actes des Apôtres II,1-13

 

Le jour de la Pentecôte les apôtres se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d’un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. Ils virent apparaître des langues qu’on eût dites de feu ; elles se divisaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer.

Or il y avait, résidant à Jérusalem, des hommes pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui se fit, la foule s’assembla et fut bouleversée, car chacun les entendait parler sa propre langue. Dans leur stupeur et leur émerveillement, ils disaient : « Ces hommes qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment  se fait-il alors que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Elamites, habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, de la Province d’Asie, de Phrygie et de Pamphylie, d’Egypte et de cette partie de la Lybie qui est proche de Cyrène, Romains en séjour ici, Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu ! » Tous étaient stupéfaits et se disaient, l’un à l’autre : « Que peut bien être cela ? » D’autres encore disaient en se moquant : « ils sont pleins de vin doux ! »

 

Avec ces textes bibliques, avec ces quelques lignes, je souhaite que vous puissiez, soit personnellement, soit en groupes, découvrir, ou redécouvrir, le sacrement de confirmation et vous demander si chacun en vit vraiment.

Peut-être, certains exprimeront le désir de recevoir ce sacrement ?

Des questions pourront naître pour savoir comment s’y préparer et comment mieux en vivre. N’hésitez pas à me contacter pour en discuter.

 

**********

Dans la célébration du sacrement de confirmation, avant la chrismation, l’évêque en imposant les mains sur l’ensemble des confirmands prie ainsi Dieu le Père :

« Dieu très bon, Père de Jésus Christ, notre Seigneur, regarde ces baptisés sur qui nous imposons les mains : par le baptême, tu les as libérés du péché, tu les a fait renaître de l’eau et de l’Esprit Saint ; Comme tu l’as promis, répands maintenant sur eux ton Esprit Saint ; Donne leur en plénitude l’Esprit qui reposait sur ton Fils Jésus : esprit de sagesse et d’intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et d’affection filiale, remplis-les de l’esprit d’adoration ».

 

Ensuite, comme nous l’avons vu au début de cette lettre, l’évêque dit à chacun des confirmands : « Sois marqué de l’Esprit saint le don de Dieu ».

La parole de l’Apôtre Paul prend ici tout son sens, puisqu’il écrit aux chrétiens de la ville de Corinthe : «nous sommes bien pour Dieu, la bonne odeur du Christ… une odeur qui, de la vie, conduit à la vie » (2CorII, 25).

N’hésitez pas à faire l’expérience de sentir le Saint Chrême. Vous découvrirez son parfum qui vous rappellera ce que dit l’évêque au cours de la messe chrismale pendant la semaine sainte au moment où il consacre le Saint Chrême :

 

                « Nous t’en supplions Seigneur, sanctifie et bénis cette huile, et, par la puissance  de ton Christ, à qui elle emprunte le nom de saint chrême, pénètre-là de la force de l’Esprit Saint, dont tu as imprégné, pour ton service, prêtres rois, prophètes et martyrs.

Fais que cette huile, destinée à l’onction, devienne, pour ceux qui vont renaître par l’eau de baptême, le signe sacramentel du chrétien parfait.

Que chaque baptisé, imprégné de l’onction sanctifiante, libéré de la corruption première, désormais temple de l’Esprit, répande la bonne odeur d’une vie pure. »

 

 

 

Par les sacrements de baptême et de confirmation nous sommes nés à la vie nouvelle. C’est par ces sacrements que se réalise en chacune de nos vies la Pâque du Christ.

L’évènement du Royaume du Père qui surgit au matin de Pâques devient également un évènement de notre histoire humaine : « Si quelqu’un est en Jésus le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé : un nouveau monde est né », écrit l’apôtre Paul aux chrétiens de Corinthe(II Cor 5,17).

Ce nouveau monde est celui de la foi, de l’espérance et de la charité.

 

Naître de l’eau et de l’Esprit, c’est dire notre foi en Jésus le ressuscité, comme nous le faisons chaque dimanche par la proclamation du credo.

Je vous invite à regarder ce qu’est la foi et la vie chrétienne avec le catéchisme des évêques de France ou avec le catéchisme de l’Eglise catholique.

 

Naître de l’eau et de l’Esprit, c’est affirmer notre espérance en Celui qui est la lumière dans les ténèbres de nos vies et du monde.

L’espérance ne fait pas de nous des rêveurs, mais des veilleurs qui annoncent et préparent la venue du Royaume de Dieu. En posant des actes de réconciliation, de justice, de pardon, de paix, d’attention aux autres, en particulier à ceux  qui sont les plus pauvres dans notre société nous faisons découvrir que le royaume de Dieu est là …il germe en chacun de nous et autour de nous par la force de l’Esprit saint.

 

Naître de l’eau et de l’Esprit, c’est diffuser autour de soi l’amour qui vient de Dieu, l’amour qui est Dieu le Père.

Au cours de son dernier repas avec ses Apôtres, Jésus donne aux disciples de tous les temps ce commandement nouveau :

« je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres.

Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres » (Jean XII 1,31).

Un chrétien est celui qui vit à la manière du Christ et la vie du Christ n’a été qu’amour. Etre disciples du Christ, c’est annoncer qu’il n’y a pas de plus belle réalité que d’aimer et d’être aimé comme le Père nous aime. L’eucharistie nous apprend cela chaque dimanche.

Il y a quelque temps déjà, notre ancien archevêque, Monseigneur Billé, osait dire aux chrétiens de Lyon ceci :

« Je souhaite que cette Eglise soit humaine. On pourrait dire, elle ne l’est que trop. Peut-être. Mais ce n’est pas de cela que je parle. Elle est l’Eglise du Christ, de Celui en qui nous est donné l’humanité de Dieu, de Celui en qui nous avons découvert que la manière la plus humaine d’aimer était une manière divine ».

 

 

En faisant entrer le baptisé avec toute l’Eglise dans l’évènement de Pentecôte, où le Ressuscité envoie ses Apôtres annoncer la Bonne Nouvelle du Salut, le sacrement de confirmation en fait le témoin courageux et audacieux de l’annonce de l’Evangile.

Le baptisé devient par la confirmation, le signe que toute l’humanité est appelée à vivre dans le souffle de l’Esprit saint. Je souhaite que notre paroisse d’Arles vive de cet Esprit Saint et  annonce à temps et à contre-temps la Bonne nouvelle du Salut.

 

 

**********

 

En la fête de Saint Césaire,

Arles le 26 août 2010.

Père Stéphane CABANAC

Archiprêtre d’Arles

 

 

 

 

 

Rassemblement diocésain

 

 

3 octobre 2010

à

Martigues

 

Nous sommes tous invités

par Monseigneur Christophe DUFOUR,

archevêque d’Aix et d’Arles

pour vivre du souffle de Pentecôte

 

Renseignements : Site du diocèse :     www.aixarles.cef.fr

Site de la Paroisse : www.paroisse-arles.com

 

 

© 2017 AJ